Potosi

Potosi est située à 4070 mètres d’altitude. C’est la deuxième ville la plus haute du monde après El Alto. Le climat est sec une grande partie de l’année. Elle a été construite au pied Cerro Rico « Montagne Riche », une montagne de minerai d’argent. L’histoire de la ville est d’ailleurs liée à l’exploitation des mines de ce minerai.

Potosi

Mais avant ça petite visite de la ville.

Plaza 10 de Noviembre

Comme à son habitude en Bolivie nous retrouvons naturellement la place principale de la ville où règne une certaine sérénité.

Après notre petite halte on décide de se perdre dans les rues qui nous entourent.

Les maisons coloniales colorées, les édifices, les monuments historiques mais aussi les églises témoignent d’un riche passé lié à la colonisation.

Iglesia San Lorenzo – 1723

A la nuit tombée, on s’arrête devant un petit restaurant populaire, appelé « le Snack La Tranquita » avant de retourner à l’hostel. C’est un lieu très convivial où vous sortirez le ventre plein.

Mines de Cerro Rico

C’est parti, nous rejoignons l’agence Big Deal Tours, pour visiter une des mines. Les agences sont en partenariat avec des coopératives de mineurs. Une partie du prix payé est reversée à la coopérative

Transformation en miniers

Notre guide Wilson se chargera de nous amener « au marché des mineurs » pour faire le plein d’offrandes destinées à El Tio et pour remercier les mineurs.

On achète: de la coca, un alcalinisant à la menthe (pour saliver et faire pénétrer la coca, un bâton de dynamite, et des boissons)

On reprend la route en direction des mines.

Nous y sommes! J’avoue ne pas être ultra sereine en voyant la taille de l’entrée.. mais top à l’intérieur tout va bien, du moins pour le moment..

Il faut savoir que les espagnols utilisaient des esclaves autochtones pour exploiter les mines.

Dés l’âge de 18 ans ils étaient obligés de travailler dans les mines. Que se soit dû aux conditions de vie déplorables, les matières toxiques sous terre respirées ou aux nombreux accidents leur espérance de vie était très courte. Il arrivait que certains ne voient pas la lumière du jour pendant plusieurs mois et travaillaient 12h par jour. Le chiffre donné par Wilson était qu’environ 8 millions d’esclaves étaient morts dans ces mines.

Nous y sommes allés un samedi, les mineurs étaient très peu nombreux. Heureusement, il est déjà assez compliqué de respirer. N’oublions pas que nous sommes à plus de 4000 mètres d’altitude, et la poussière en suspend dans l’air n’aide en rien.

Un mineur nous a montré comment préparer le bâton de dynamite et en a fait exploser un. Bien évidemment nous étions à l’abri, quelques mètres plus loin. Le bruit de l’explosion en étant sous terre.. plutôt impressionnant!

El Tio

Avant de rattraper notre bus direction Tupiza, on rejoint El Tio, une statue de terre qui représente le diable. Les mineurs déposent des offrandes et prient pour qu’El Tio les protège sous terre.

De retour à la place centrale, nous prenons un taxi pour nous rendre à la gare routière, et partir à Tupiza.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s